Pourquoi moins privilégier la vente sur les réseaux sociaux dont Facebook?

L’économie numérique est en plein développement dans notre pays le Cameroun.

Vendre sur les réseaux sociaux c’est bien, Whatsapp, Facebook et autres, tout le monde peut créer un groupe et l’administrer, mais si nous réfléchissons une seconde et éssayons de regarder ce qui se fait ailleurs, on se rend vite compte que ce n’est pas de bonnes pratiques. Du coup on peut se poser quelques questions :

  • A qui est-ce-que ça profite de vendre sur Facebook?
  • Que gagnons-nous à vendre sur Facebook?
  • Que perdons-nous à vendre sur Facebook?
  • Comment est-ce que ça se passe dans les pays développés?

Nous ne ferons pas une dissertation à propos de toutes ces questions qui ne sont qu’une poignée devant toutes celles qu’on pourrait se poser, mais de façon ramassée si on essaie d’y répondre, on peut dire que vendre sur Facebook profite évidemment au Américains, ou au propriétaire (Zuckerberg) pour être précis, qui est passé récemment à la 5e position des fortunes planétaires, et les Camerounais que nous sommes y sont pour quelque chose évidemment.

Qu’est ce que nous gagnons? Evidemment nous profitons de l’audience du site, mais nous perdons probablement plus en retour.

Pour en venir justement à ce que nous perdons, lorsque nous vendons sur ce site, nous vendons à un cercle fermé (amis ou membres d’un groupe), notre contenu n’est pas référencé, et il faut le publier continuellement pour qu’il soit vu, donc nous perdons toutes les potentielles personnes qui pourraient chercher ce que nous vendons mais sans le trouver via Google. Les administrateurs travaillent bénévolement et ne gagnent rien en retour or nous pouvons créer des emplois grâce aux ventes en ligne.

Il est assez étrange de voir à quel point en Europe les sites de ventes en ligne naissent tous les jours, principalement des sites spécialisés (car des marketplaces dominent déjà le marché), du coup on a des sites qui ne vendent que des vêtements femmes, des chaussures, des sous-vêtements et autres, ceci est un modèle dont il faut s’inspirer, nous ne pouvons pas nous séparer des réseaus sociaux mais tout simplement mieux les exploiter.

L’Equipe REBAC.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *